Suzanne, la Vie étrange de Paul Grappe

– c r é a t i o n c o l l e c t i v e – Texte & Mise en scène Julie Dessaivre / Librement inspiré de La Garçonne et l’assassin de Fabrice Virgili et Danièle Voldman (Payot) / Avec Éloïse Bloch, Édouard Demanche en alternance avec Matthieu Fayette, Constance Gueugnier en alternance avec Julie Dessaivre, Zacharie Harmi, Léa Rivière-Fernandes en alternance avec Anaïs Casteran / Création Lumières Matthieu Tricaud / Régie Nicolas Roy

SUZANNE-JE-165
SUZANNE-JE-129
SUZANNE-JE-190

« Comme le dit le Code Civil : ‘les personnes privées de droit juridique sont les mineurs, les criminels, les femmes mariées, et les débiles mentaux’. » (Lucie)

« On est étonnés du nombre relativement élevé de femmes jeunes affligées de poils superflus. » (Mme Massin)

« Je vous entends mon Capitaine, et je vous pisse au cul. Demain, je serai déserteur. » (Paul Grappe.)

Résumé

Un drame intimement politique, drôle et musical à découvrir dans une pièce enlevée et glaçante inspiré d’une histoire vraie !

1915. Paul Grappe déserte le front. De retour à Paris, il retrouve Louise, son épouse. Menacé de peine de mort, Paul doit trouver une solution pour vivre. Libre.

Louise a une idée : la police traque un homme ? Il sera une femme !

Il devient Suzanne.

Pendant dix ans, aux yeux de tous, dans la rue, au travail, au bois de Boulogne, il est la charmante Suzanne. Mais même maquillé, auprès de Louise, il demeure un mari possessif et violent.

SUZANNE-JE-066
affiche suzanne le lucernaire

Dates à venir

TGP Meaux

Jeudi 14 mars 2019 à 10h et à 14h

Vendredi 15 mars 2019 à 10h30, à 14h, à 20h30

Samedi 16 mars 2019 à 20h30

Dimanche 17 mars 2019 à 15h30

Presse

« Un destin tragique traité avec humour et servi par une troupe de comédiens formidables. » (France Inter)

« TT : On aime beaucoup /Cette histoire vraie, Julie Dessaivre en fait un spectacle concis. Les acteurs (…) vont au front d’un texte sans pathos, qui dit le naufrage d’un couple en perdition. » (Télérama)

« Une des plus belles rencontres de cet été avignonnais. » (La Provence)

« Pertinente, intemporelle et non manichéenne, la pièce est immanquable. » (L’Envolée culturelle)

« Dans les cris et les rires, les cinq comédiens donnent à voir la peine nécessaire pour la conquête d’un nouveau genre. Et pour l’invention de relations hommes-femmes débarrassées des vieux déterminismes. » (La Terrasse)

« La domination masculine, cette pièce la dénonce en criant ses clichés, avec autant de subtilité que de puissance. » (toutelaculture.com)